Liquides et durits de frein

Vous vous étiez habitués aux câbles, à mettre de l'huile par le petit trou de la gaine... Et non cela n'est pas fini, il vous restera encore les câbles de vitesse !

Sur un frein à disques hydraulique, l'énergie de pression développée par le maître-cylindre (et accessoirement par votre petite mimine, mais décuplée par le jeu des diamètres de piston !) doit être transmise avec le moins de perte possible vers les cylindres récepteurs. Pour cela il faut une durit qui ne s'élargit pas (tressage inox sur les Shimano, Grimeca et Hope 2001) et un liquide incompressible, donc sans air ni vapeur d'eau.

Les durits

Parlons un peu du bout de tuyau qui vous sert de durit. Les flexibles sont réalisés en caoutchouc et sont normalement très fiables. Toutefois, ces éléments sont soumis à la chaleur, supérieure sur nos tandems où le liquide de frein devient très chaud (+ de 200°C). Du coup les flexibles risquent de se dilater, d'où un allongement de la course de la poignée de frein et un dosage moins fin.
Pour de telles conditions extrêmes, les conduits tressées en inox suppriment ces inconvénients. Le tressage inox enserre le tuyau en caoutchouc qui est toujours là. Ces conduits résistent à une pression de 1000 bars (donnée Goodrigde). Sur nos VTT sachez que les durits Shimano ne sont pas recoupables par le commun des mortels, alors que sur les Hope, on peut ! A vous le frein arrière destructeur de pneus !

Vous pouvez trouver en after-market des durites tressées pour vos freins. Margura en fait mais aussi SPIEGLER (www.spiegler.de)

Les liquides de frein

Il y a plusieurs types de liquide: les synthétiques à base de polyglycols (=DOT3, 4 et 5.1), les silicones (=DOT 5), les minérales (Citroën LHM et Rolls-Royce), le LHS Citroën dans les DS19 et ID, et que sais-je encore ! Ils sont non miscibles entre eux. De plus si votre frein est spécifié avec un type d'huile, il ne faut pas utiliser l'autre. En effet les joints ne sont pas du même type et vous risquez la fuite au bout d'un certain temps.

RUSE DE SIOUX: le nettoyant attitré des circuits de frein c'est l'alcool à brûler. Une purge complète à l'alcool à brûler nettoie le circuit de la crasse et des anciens liquides. Laissez tout sécher avant de remplir le circuit.


Oui, je sais c'est pas un vélo ou alors
on va avoir du mal à pédaler.

Pour s'y retrouver: Hope DOT 5.1, Hayes (fournisseur de Harley qui pourtant freinent au silicone) DOT 3 ou 4, Formula DOT 3,4 ou 5.1, Coda fluide synthétique a eux, Magura "sang" hydraulique minéral, Shimano minéral, Grimeca synthétique DOT.
ATTENTION: J'ai vu des Magura foutus suite à utilisation de liquide synthétique. Un fidèle lecteur utilise sur DOT 5.1 sur ses Shimano afin d'avoir un meilleur touché. Pour le moment ça marche. Jusqu'à quand ? Avec l'évolution des matériaux et des caoutchoucs, on ne pas dire si cela va vraiment tout flinguer.

Les synthétiques

Ces liquides sont ceux que l'on trouve dans les voitures et motos (sauf Citroën, Harley et quelques voitures d'apparat). Les liquides standards, à base de polyglycols, sont classifiés selon les DOT: 3, 4, 5.1 du moins au plus performant.

DOT
3
4
5.1
5
Point d'ébullition sec mini (°C)
205
230
260
260
Point d'ébullition humide mini (°C)
140
155
180
-
Viscosité à -40°C maxi (cst)
1500
1800
900
900
Le DOT 5 s'applique au Silicone, voir plus loin

Le DOT: Les spécifications auxquelles répondent les liquides de freins sont régies par le Department Of Transportation. Cette norme, dont le nom complet est FMVSS N° 116 DOT, regroupe plusieurs exigences comme la lubrification des parties mobiles internes, la miscibilité avec d'autres produits du même type, et la compatibilité avec les métaux et les élastomères (joints). Par ailleurs, cette substance doit satisfaire à des tests de performances. En effet, les freins chauffent, par frottement de la plaquette sur le disque, jusqu'à atteindre des températures très élevées, puisqu'ils peuvent virer au rouge ! Cette chaleur est en partie transmise au liquide qui risque de bouillir, d'où vapeur qui, elle, est compressible... et entraîne une poignée molle et inefficace!

En outre, ces fluides synthétiques à base de polyglycols sont hygroscopiques, c'est-à-dire qu'ils absorbent l'humidité de l'air. Et l'eau, comme chacun sait, bout à 100° C, ce qui abaisse donc le point d'ébullition, entraînant la dégradation du freinage à une température inférieure.

Plus le DOT est grand, plus les produits ont un point d'ébullition sec et humide élevé (voir tableau). Le point humide est déterminé avec 3,5% d'eau dans du liquide neuf, ce qui correspond à un an d'utilisation, et démontre de façon éloquente le caractère impératif de vidanger régulièrement ce précieux fluide!
Enfin, le DOT prend en considération la viscosité mesurée à- 40° C en centistokes (mm2/s). C'est ainsi que les DOT 5 et 5.1 sont plus fluides et circulent mieux dans les micro-vannes de certains ABS (première génération).

En Tandem, au royaume de l'extrême, le point d'ébullition le plus élevé est, bien évidemment, la priorité principale pour conserver la puissance de freinage. Dans ce créneau et parmi les "substances" les plus répandues dans l'hexagone, on trouve notamment un fluide racing signé par la célèbre marque de plaquettes, Ferodo.

En compétition, le DOT revêt peu d'importance car on recherche le point d'ébullition sec le plus élevé les meilleurs produits demeurent efficaces su-delà de 300 C !

Beaucoup d'amateurs connaissent le liquide Motul 300° C, récemment retiré du catalogue. Très efficace à sec, son point d'ébullition humide relativement bas le classait en DOT 3. Cette caractéristique n'était point un handicap en course, où l'on vidange fréquemment, mais restreignait un usage en randonnée en raison d'une perte rapide de performances dans le temps. Ce produit est, aujourd'hui, remplacé par le 600°... Fahrenheit! Il affiche un point d'ébullition sec de 307° C (les sept degrés qui peuvent faire la différence) et humide de 216° ! Il surpasse ainsi les spécifications du DOT 5, mais demeure un DOT 4 en raison d'une viscosité supérieure à cette norme, mais qui ne limite nullement son usage. Idéal en course, ce 600 n'impose pas plus de contraintes qu'un produit classique dans la vie de tous les jours.

Chez AP on trouve deux variantes selon son budget et sa catégorie. L'accessible AP 550 se résume à l'équivalent de l'ancien Motul 300° C, avec un point d'ébullition sec de 295° C et humide de 145, qui le classe également en DOT 3, tandis que l'AP 600 est le pendant du Motul 600, avec des températures respectives de 315 et 210° C très proches. En revanche, nous avons affaire à un produit non miscible, en raison d'une composition particulière, qui nécessite quelques précautions d'emploi.

Les silicones

Dans ce dédale de produits, on note la présence marginale d'un conquérant venu d'outre-Atlantique, le silicone. Ce corps présente la caractéristique de ne pas être hygroscopique ! Du coup, il conserve ses propriétés dans le temps, ce qui est sa grande force. Pas plus performant qu'un fluide racing, le silicone passe le DOT 5 grâce à un point d'ébullition sec et humide unique, et une viscosité faible.
De prime abord, cette solution, même si elle n'est pas la plus efficace, apparaît comme la panacée par sa stabilité, mais elle présente aussi plusieurs inconvénients dont une mise en oeuvre délicate. Tout d'abord, cette substance n'est pas miscible et le moindre corps étranger risque de provoquer des problèmes de compressibilité, d'où la nécessité d'un nettoyage presque pièce par pièce ! Pour éviter une éventuelle confusion, le DOT 5 s'est divisé en deux catégories : 5, pour le silicone avec produit coloré en violet, et 5.1, pour les polyglycols de couleur ambre.
Enfin, le silicone, préconisé uniquement par Harley- Davidson en moto, risque d'attaquer certains joints d'un circuit étudié pour les polyglycols... et la réciproque est vraie!

Pour nous petits bikers, le DOT 5 (qui est donc obligatoirement un liquide silicone) n'est pas utilisé. Pour ceux qui en veulent vraiment, allez voir les établissements ETIENTS à Neuilly-sur-Seine (92200), contact etient.freins@wanadoo.fr ou 01 46 24 70 86
ATTENTION:
Sur les notices Hope ou Formula, parfois on vous parle de DOT5, parfois de DOT5.1. C'est du 5.1 qu'il vous faut. Même chez Norauto sur les boite de Lookeed DOT5, il faut chercher dans la version en ANGLAIS pour voir que c'est bien du DOT5.1 selon la norme FMVSS n°116 !!! Idem pour le DOT5 de chez Carrefour.

Les minéraux

Le plus connu est le LHM qui, comme la famille des DOT, comporte maintenant une version plus "poussée" dite LHM+. Les caractéristiques techniques sont similaires à celles du synthétique DOT 5.1, seules les traitements des alliages et compositions des joints changent. De même le LHM n'est pas bon nageur: il n'aime pas l'eau !

Pour nous, vttistes de l'extrême, c'est le dédale. Ainsi le liquide Magura ne craint pas l'eau. Ah bon ? Ce n'est pas du LHM alors ? Pourtant du LHM+ dans un Magura, ça marche pour longtemps et moins chère. Néanmoins et comme pour le liquide synthétique, je ne peux pas vous conseiller de changer. Imaginez que Magura change la nature de ses joints en cours d'année et que tout soit grippé ? Non, ne m'envoyez pas la facture...
Du coup, possesseur de freins Shimano ou Magura voir Coda (beurk !), vous êtes prisonnier du liquide spécifié.

-retour au menu freinage-